Rechercher
  • Surfypro

Digitalisation des données des bâtiments



Questions, arguments et pistes de réflexion


L’impression qu’on ne va jamais y arriver parce que :

o Les plans et les données bougent tout le temps, y’en a plein, c’est difficile à suivre et puis tout le monde à des besoins différents, les RH veulent ci, les Achats veulent ça, le Contrôle de Gestion veut encore autre chose et les Directions Immobilières et Environnement de Travail veulent tout (et c’est bien normal !),

o Les ressources dans les équipes terrain ne sont pas disponibles ou sont externalisées ou n’ont pas le niveau de compétence requis pour utiliser le BIM qui est forcément complexe à l’utilisation,

o L’identification des besoins est souvent dans la réactivité au cas par cas et dans l’urgence (un contrat à calibrer, un réaménagement, une clé de répartition financière, ...) ce n’est jamais la même chose,

o On redoute un certain « effet tunnel ».


Ça coûte forcément cher

o Investissement informatique,

o Formation des équipes,

o Le loyer, les charges, les travaux impactent déjà fortement le montant des dépenses de fonctionnement alors n’en rajoutons pas, on s’est toujours bien débrouillé sans données précises jusque-là, non ?


La résistance au changement

o Mais alors on va savoir qu’on s’est trompé avant ?

o Et comment ça marche avec les équipes ? les collègues ? les prestataires et partenaires? o Ça va créer plus de travail ?

o Qu’est-ce que ça va remettre en question dans les habitudes ?


Et ne pas avoir de données digitales d’exploitation des locaux, ça coûte combien ?


On ne sait pas trop combien, mais on sait que ça coûte de l’argent et du temps en particulier en raison de :

- l’imprécision des données quantitatives et qualitatives,

- qui mène à l’imprécision des ordres de missions,

- la déperdition dans le temps d’un travail ponctuel qui a mobilisé plusieurs perso